ACTUALITÉS

Chemin de la mémoire (Voyage en Pologne, quand sérénité et horreur s’entremêlent…)
Le mardi 26 février 2019

Quatrième étape du Chemin de la mémoire
Voyage en Pologne, quand sérénité et horreur s’entremêlent…

Entreprendre une excursion à Cracovie et à Auschwitz, c’est surtout aller à la rencontre de soi-même.
Ce voyage alternant étrangement beauté et atrocité, nous renvoie incontestablement à cette tension
présente en chacun de nous : l’équilibre fragile entre humanité et déshumanité.
Comment l’Homme a-t-il été en capacité de penser, d’organiser, de mettre en oeuvre et de faire
fonctionner ces camps ? Comment des humains, dotés de réflexion, d’empathie, de conscience ont
été capable de telles atrocités ?
Étrange sentiment que celui de la visite des camps d’Auschwitz et de Birkenau…
Dans la brume, nous avons parcouru ce camp de Birkenau qui s’étale sans fin. Les rails de train qu’on
perçoit à peine mais qui conduisent à l’horreur. Cette étrange sensation de poésie des lieux, de
feuilles qui virevoltent, de ce brouillard blanc qui nous enlace, de cette atmosphère paisible et, en
même temps, la prise de conscience de la violence de ce qui s’y est passé…
Près des chambres à gaz détruites, l’odeur de brulé est encore présente. Divagation de nos sens ou
perception réelle ?
La visite d’Auschwitz nous procure aussi un sentiment d’étrangeté. Ce portail d’entrée « Arbeit
macht frei1 » que l’on aperçoit sous un ciel bleu resplendissant … En 1940, est-ce que les prisonniers
l’ont aussi vu sous ce même ciel ? Est-ce que les couleurs en étaient aussi jolies et nettes que lors de
notre visite ? Le soleil était-il aussi doux, illuminant les bâtiments avec ses reflets dorés ?
Ce Sentiment toujours ambivalent entre cette douceur à l’extérieur et la violence de ce que nous
voyons à l’intérieur. Le retour à la réalité est brutal avec les photos des hommes et des femmes qui
bordent les murs d’un bâtiment, les peintures illustrant le vécu d’un homme qui a été contraint de
travailler dans les chambres à gaz, les montagnes de cheveux rasés, de chaussures, d’objets en tout
genre extirpés à leurs propriétaires.
C’est l’explosion de notre humanité que nous avons ramené dans nos bagages. Une prise de
conscience, la volonté de ne plus vouloir que cela se produise, une détermination à s’engager et
à lutter contre toutes les formes d’extrémisme et de populisme qui portent chaque jour atteinte à la
démocratie.

Dorothée Scheveneels

Trésorière Défi Anderlecht

 

Dans la même rubrique
Alain Kestemont : « Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone »
Communales, un an après : Anderlecht Alain Kestemont : "Nous allons mettre en place un parrainage de jeunes en difficultés par des policiers de notre zone"
Un nouveau code bruxellois du bien-être animal, une priorité pour Bernard Clerfayt !
Journée mondiale des animaux Un nouveau code bruxellois du bien-être animal, une priorité pour Bernard Clerfayt !
DéFI s’engage à tous les niveaux de pouvoir en faveur du bien-être animal
journée mondiale des animaux DéFI s’engage à tous les niveaux de pouvoir en faveur du bien-être animal
Journée mondiale de l’aide humanitaire : lutter contre les trafiquants d’êtres humains, non contre ceux qui sauvent des vies
Journée mondiale de l'aide humanitaire Lutter contre les trafiquants d’êtres humains, non contre ceux qui sauvent des vies
Journée internationale de la jeunesse : DéFI en faveur du développement du Service Citoyen
Journée internationale de la jeunesse DéFI en faveur du développement du Service Citoyen
Anderlecht annonce des mesures de sécurité renforcées pour le match du RSCA contre Gand
Anderlecht annonce des mesures de sécurité renforcées pour le match du RSCA contre Gand